Navigation


Technologie

Mes pourriels et moi

Ou comment renouveller son matériel de pêche à peu de frais

lundi 9 mai 2005.
 
Viagra, Cialix et autres "penis enhancers", les pourriels embaument nos boîtes aux lettres électroniques pour nous proposer surtout n’importe quoi. Humeur...

Vous n’imaginez pas le nombre de pourriels (courriers électroniques publicitaires non sollicités) que je reçois chaque jours. Le chiffre parle de lui même : entre 25 et 40 ! Au passage, ces charmants messages représentaient en décembre 2004 près 67% du volume des courriels circulant sur l’Internet et près d’1/4 de ces messages seraient frauduleux (plus d’info sur le phénomène).

Vous me direz que je m’expose à cette pollution électronique en laissant visible mon adresse professionnelle sur le site d’A2B Production. Idem avec mon adresse privée, que j’utilise pour signer les posts que je laisse sur différents forums auxquels je participe. Mais tout de même. Notez que je ne me plains pas, mon logiciel de messagerie (Mozilla en l’occurrence) est doté d’un filtre paramétrable qui me permet de séparer les vrais courriers de ces pourriels - à quand une telle fonctionnalité pour nos boîtes aux lettres analogiques ?

La quantité est une chose, le contenu en est une autre. Les charmantes publicités que je reçois se séparent en deux catégories. La première, que je qualifierais de classique, propose, entre autres et en vrac : logiciels à prix cassés, consommables pour imprimantes et télécopieurs à prix imbattables ou encore des placements infaillibles pour m’enrichir sans quitter mon fauteuil. Tout cela rédigé dans un anglais commercial parfois approximatif. Jusque là, pas de quoi fouetter un webmestre. Grâce à mon filtre magique, toutes ces gentilles sollicitations partent directement à la corbeille. So long.

La seconde catégorie est bien plus amusante. "Vous n’avez pas encore essayé le Cialis ? Alors, vous ne pouvez-pas imaginer ce que c’est que d’être un vrai mec au lit !" me dit-on en anglais dans un message m’offrant la possibilité d’acheter médicament cousin du Viagra. Édifiant non ? Et ça continue : Érection où je veux quand je veux, raideur incomparable pendant 36h ( !), possibilité d’associer le produit avec de l’alcool, livraison à domicile, où que je sois dans le monde ! Le priapisme en vente libre, voilà un grand progrès pour notre civilisation !

Dans le même genre on me propose régulièrement d’expérimenter les dernières méthodes d’agrandissement du pénis. Remarquez que l’association avec le Cialis peut se révéler utile les dimanches d’élections, en cas de pénurie de matériel de pêche.

S’il y a offre, c’est que les filous qui proposent frauduleusement ces produits miraculeux ont flairé une demande, sinon flagrante, au moins latente chez l’homo occidentalis (et non pas erectus, ça aurait été trop simple). Je me demande comment ce dernier a-t-il pu en venir à douter à ce point de lui, de son identité, de ses capacités, pour s’en remettre à des potions, à des solutions miracle pour le moins foireuse ? Faut-il que nous soyons au désespoir ma bonne dame... Que nous sommes nous fait ?

Au final, tous ces messages sonnent comme une ode révélatrice et crapuleuse, à la performance, dans son acception la plus triviale. Ici triomphe la figure du hardeur, dernier avatar de nos sociétés ou tout va à la consommation, comme les eaux usées vont à l’égout, dans un fracas peu engageant : vlouf !

Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

Forum


Forum

Site réalisé avec SPIP BBClone Passez à Firefox
© Les élucubrations du Baron Noir 2005 - contact webmerstre
Site propulsé par SPIP 1.8.2 d logiciel libre placé sous licence GPL