Navigation


contenu

DADVSI : les sociétés de gestion collective sur le front

vendredi 27 janvier 2006.

Dans son dernier bulletin, la SACEM répond à l’ADAMI sur l’épineuse question de la licence légale proposée dans le cadre de la loi sur le droit d’auteur (dont je vous ai bassiné ici, puis , et encore un peu ici).

La SACEM, qui est contre la licence légale, représente les auteurs, compositeurs, et éditeurs de chansons et musiques.

L’ADAMI, qui est pour, représente les artistes-interprètes « principaux », c’est-à-dire la vedette (donc ceux qui chantent les oeuvres dont les auteurs sont représentés par la SACEM), alors que les musiciens d’accompagnement sont représentés par la SPEDIDAM.

Ceci dit, force est de constater que la représentation a ses limites. En raison de la divergence entre la SACEM et l’ADAMI à l’égard de la licence légale, ceux qui - comme Jean-Jacques Goldman ou Pascal Obispo - sont à la fois auteur, compositeur, (voire éditeur), et artiste-interprète, se retrouvent nécessairement « ni pour, ni contre, bien au contraire ».

Me Imbemol


Forum

Site réalisé avec SPIP BBClone Passez à Firefox
© Les élucubrations du Baron Noir 2005 - contact webmerstre
Site propulsé par SPIP 1.8.2 d logiciel libre placé sous licence GPL